zones éligibles

L’investissement dans la pierre est un des domaines de succès, à cause de l’efficacité des divers dispositifs de défiscalisation, notamment locatif. La performance de ces derniers dépend surtout de l’emplacement des biens immobiliers locatifs. Du coup, pour réussir, il est nécessaire de maîtriser les zones éligibles des régimes fiscaux, comme la loi Duflot.   

L’essentiel de la loi Duflot

La mise en place de la loi Duflot a comme objectif d’inciter les contribuables de s’investir dans l’immobilier locatif. Cela permet, d’une part, de poursuivre la construction de logements neufs, aux normes de basse consommation énergétique, et d’autre part, d’accroître l’offre de biens mis en location, dans certaines zones, où la demande locative est très forte. Cette incitation permet, aussi, aux locataires de se loger. Pour ce faire, ce régime offre à tous les investisseurs locatifs Duflot une réduction d’impôts de 18 %, sur le montant de l’acquisition, qui s’étale sur 9 ans. En contrepartie d’une obligation de louer leurs biens, pour une durée de 9 ans.

Comme tous les dispositifs de défiscalisation, la réussite de l’investissement en loi Duflot dépend de l’emplacement, où le bien se localise.

Les zones éligibles Duflotzones de la loi duflot

Tout d’abord, les zones concernées se trouvent aux secteurs, dont le manque de logements est important. Ainsi, ce dispositif de défiscalisation n’encourage pas d’acquérir un bien immobilier dans les secteurs, où la demande de location est en crise. Cela permet de sécuriser l’investissement immobilier locatif en ce régime. Les zones Duflot se divines en 4 catégories.

  Zone A bis

La zone A bis comprend la ville de Paris et sa proche banlieue, comme  les Hauts-de-Seine (92), la Seine-Saint-Denis (93), le Val-de-Marne (94) et les Yvelines (76). C’est une zone, entre autres :

  • très attractive d’un point de vue démographique et économique ;
  • avec une forte valeur patrimoniale du bien ;
  • qui contient des produits immobiliers rares.

  Zone A

Cette zone concerne la 1ère et 2ème couronne de la banlieue parisienne, la Côte d’Azur, et la frontière avec la Suisse. Parmi les caractéristiques de la zone A, on distingue :

  • son attractivité ;
  • la bonne valeur patrimoniale des biens ;
  • la rareté de ses produits immobiliers

  Zone B1

La zone B1 concerne les agglomérations de plus de 250 000 habitants, des grandes villes du bassin parisien, de la côte Atlantique et Basque, des Alpes, le pourtour de la Côte d’Azur, les départements d’Outre-mer et la Corse. Dans cette zone :

  • les prix des logements neufs sont très attractifs ;
  • la valeur patrimoniale du bien est sûre ;
  • il y a un fort potentiel de revente

  Zone B2

La zone B2 touche, entre autres, les agglomérations de plus de 50 000 habitants, non incluses dans la zone B1, les zones qui se trouvent à la limite de l’Île-de-France. Théoriquement, cette zone est exclue des zones éligibles, mais il y a des villes qui bénéficient d’une dérogation préfectorale exceptionnelle.

Enfin, quant à la localisation précise du logement locatif, il est à noter que l’existence des  zones éligibles ne dispense pas la vigilance de l’acquéreur. En effet, il faut absolument choisir avec discernement la ville dans laquelle se situera le bien qu’on va acquérir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *